Skieur, père de famille et pompier : voici Josh Bibby

« Bienvenue à cette session de questions-réponses 'Toujours de Bons Moments', en compagnie de nos athlètes. Il s'agit d'une série de trois épisodes dont les questions ont été formulées par nos fans. Chacun de nos athlètes a pris le temps, au cours de la saison morte, d'y répondre depuis la maison. Ici, le premier épisode avec Josh Bibby... pour votre bon plaisir ! »

Toute l'année, vous trouverez le Canadien Josh Bibby occupé à pratiquer du 'sled-skiing', à combattre des incendies à Vancouver ou alors à emmener son fils en expédition. Josh répond à toutes les questions, qu'elles portent sur des défis de chandelles romaines, sur ses préférences en matière de coiffure ou encore sur qui l'a le plus influencé en ce qui concerne le ski.

Comment s'est passée votre transition de skieur pro à pompier ?

Je suis encore en pleine transition et, à ce moment-ci, je fais les deux, ce qui est fantastique, d’autant que ça se passe très bien ! Alors, je peux affirmer que tout baigne !

Comment avez-vous composé avec le fait que votre fils vous ait battu à un concours de pompes ?

Ce concours de pompes était plutôt une blague et ne faisait pas l’objet d’un vrai pari, alors Bodin m’appartient toujours. Si ce pari avait été sérieux, alors Reed aurait aussi fait un excellent père pour Bodin. Haha !

Qui serait le vainqueur à la chandelle romaine, vous ou Bushy ?

Bushy et moi avons eu, au cours des ans, plusieurs confrontations, mais je ne saurais dire si nous avons clairement déclaré un vainqueur, alors le combat se poursuit.

Josh Bibby, skier, father and firefighterJosh Bibby, skier, father and firefighter

Vous avez participé à nombre d'épreuves – Dew Tour, X Games, JOI – quel en serait votre meilleur souvenir et pourquoi ?

Globalement, c’est la communauté des concurrents avec qui j’ai participé à ces épreuves qui en a fait une expérience inoubliable. Nous formions un groupe d’athlètes très spécial et plusieurs d’entre nous sont restés proches. Une avalanche de souvenirs me vient à l’esprit, mais ce qui s’en dégage, c’est que nous nous supportions les uns les autres. Nous nous entraînions ensemble, nous nous disputions la victoire sans retenue et faisions la fête tous ensemble à chacune des épreuves. Mes meilleurs souvenirs sont d’avoir parcouru la planète en compagnie de mes meilleurs amis, alors… que demander de plus ?

Quel est votre film préféré parmi ceux dans lesquels vous êtes apparu ?

Probablement ‘Red Tape’ de Plehouse Films. Le premier film distribué à l’internationale auquel j’étais associé et cette maison de production était dirigée par certaines de mes idoles de jeunesse. C’était aussi la première fois que je voyageais pour des tournages en compagnie de ceux que j’avais admirés dans ma jeunesse, alors c’était plutôt surréaliste.

Quel est votre trick préféré ?

C’est le tail grab 720 qui a toujours été mon favori et un trick super pour les premiers sauts du fait que vous pouvez voir où vous allez atterrir dès la moitié du saut.

Quel skieur vous a le plus influencé ?

Mon père occupe le premier rang, mais je tiens une longue liste de skieurs qui m’ont inspiré et m’inspirent encore. Mon père m’a enseigné le ski et a été mon entraîneur pendant assez longtemps. Il a lui-même été un freestyler dans les années ’70, alors il a été le premier à me montrer à sauter.

Quel âge aviez-vous lorsque, pour la première fois, un ski a porté votre nom ?

Lorsque nous avons travaillé sur le premier modèle, j’avais 21 ans. Il a été proposé au public la saison suivante.

Le meilleur look : cheveux longs et barbe ou cheveux courts et moustaches ?

Haha ! C’est que je n’ai plus tellement le choix, maintenant, depuis que ma chevelure s’est mise en mode réduction plus tôt que prévu, alors je dirais cheveux courts et moustaches. C’est plus facile d’entretien et tellement mieux pour conduire une décapotable.

Vous partez en sled-ski pour une cabane backcountry. Quel est l'item qui n'est pas essentiel, mais que vous allez tout de même emporter ?

Probablement un lance-pierres ou une hachette, pour le divertissement. Aussi, en toute honnêteté, il se pourrait que j’emporte quelques bières.

Vous ne disposez que d'une seule paire de skis pour la saison. De quel modèle serait-elle ?

Des Ripstick 116 en 193cm. Je skie le plus souvent avec ça, de toutes façons.