Entretien des skis : votre guide vers la performance

La solution pour maintenir une relation idyllique avec vos skis est toute simple : vous en retirerez ce que vous consentez à leur donner. Des skis entretenus avec régularité offriront un rendement égal à celui de leur premier jour sur la neige. Vous pourrez aisément réaliser par vous-même une part de cet entretien, alors qu’une autre part devrait être réservée à votre technicien local. Pour contribuer à vous informer sur le processus, l’,équipe technique du QG d’Elan a pensé à vous préparer ce guide qui vous permettra d’assurer le meilleur rendement de vos skis pour les prochaines années.

Avant de remiser mes skis, je leur fais un entretien complet : je les nettoie dans le plus fin détail et je leur applique au fer une belle couche de fart, ce qui est une bonne idée, avant l'été !

Nicole Kruschitz

Entretien régulier

Les skis sont comme votre voiture. Ils nécessitent un entretien régulier pour leur assurer de fonctionner à leur meilleur. Nous recommandons d’en faire faire l’entretien complet au début de chaque nouvelle saison. Plus vous skiez, plus vos skis nécessiteront que vous en fassiez l’entretien fréquemment, alors prenez bien ça en compte. Ces entretiens incluent le ponçage à la meule de la semelle, l’aiguisage des carres, le fartage et la vérification des fixations par un technicien agréé afin d’assurer votre sécurité.

La grande majorité des skieurs ne disposent pas d’une meule à la pierre ou d’un appareil de vérification des fixations et, à moins que vous soyez un virtuose de la lime, il est assurément préférable que cette tâche soit exécutée par un professionnel. Toutefois, il n’en demeure pas moins que certaines tâches d’entretien restent accessibles à plusieurs d’entre vous pour contribuer à assurer que votre matériel soit toujours en excellente condition.

Inspection

De temps à autre, procédez à l’inspection de vos skis afin d’y déceler quelque dommage ou usure. Au moment de l’inspection, il est essentiel de chercher à déceler certaines choses bien précises. Tout d’abord, souvenez-vous de toujours bien essuyer vos skis après une journée sur la neige pour prévenir la corrosion des carres. Ensuite, faites l’examen de l’état de la semelle pour tout dommage et voyez s’ils doivent être fartés. On reconnaît une semelle en bon état par la douceur de sa surface et son aspect brillant. Si des zones grises apparaissent (spécialement sur des semelles noires), c’est là le signe que vos skis requièrent un fartage.

Ensuite, vérifiez vos carres pour voir si elles doivent être affutées. Normalement, vous sentiriez en skiant qu’elles nécessitent un affûtage, mais vous pouvez aussi le vérifier à la main. Le même principe s’appliquant aux pneus d’une voiture s’applique aux skis : avec l’usure, on peut encore s’en servir, mais on aura moins d’accroche et de contrôle qu’avec des pneus neufs. Faites prudemment passer vos doigts tout du long de la carre pour déceler si les carres sont uniformément bien polies. Si vous sentez une ou des zones rugueuses, c’est que les carres requièrent d’être retouchées. Et enfin, pour en vérifier le bon affûtage, frottez la carre avec le dos d’un ongle : une part d’ongle devrait être entamée par la carre.

Au terme de ma saison, j'applique moi-même une couche de fart, que je laisse sur les skis, ensuite je les glisse dans un sac à skis et les remise à l'entrepôt.

Mitja Šorn

À l’usage, les carres vont perdre de leur mordant, mais le temps qu’il faudra pour en réduire l’accroche dépendra de différents facteurs. La fréquence de vos sorties sur la neige et la structure de la surface neigeuse y joueront un rôle important. La neige fabriquée est plus abrasive que la neige naturelle et arrondira les carres plus rapidement. Généralement, les carres vont conserver une bonne accroche sur neige naturelle pour une bonne dizaine de jours, mais moitié moins longtemps sur des neiges fabriquées, durcies ou gelées. Des coureurs ou des skieurs plus exigeants vont affûter plus fréquemment leurs carres et comme elles peuvent être poncées un grand nombre de fois, le risque qu’on puisse arriver à les entamer entièrement reste minimal.

La dernière étape de l’inspection consiste à rechercher tout dommage aux skis. Portez une attention spéciale au point de collage entre les carres et les chants. Au terme d’une longue période d’utilisation, il peut arriver que la colle structurelle ait cédé, ouvrant une brèche par laquelle l’eau ou l’humidité pourraient se frayer un chemin jusqu’au noyau du ski. Ceci se produit très rarement, mais si telle chose est décelée dès son apparition, elle pourra être réparée. Ensuite, vérifiez que toutes les composantes de vos fixations sont intactes et que les zones de contact avec la chaussure sont propres et libres de tout débris.

Réparation d’avaries

Malheureusement, aucun ski n’est immunisé contre les avaries. Souches, branches, cailloux et autres rails, au park, auront presque toujours raison du matériel en cas d’impact. Les zones les plus souvent affectées sont la semelle et les carres, les dommages étant généralement causés par l’impact avec tout autre matière que la neige. Il se peut aussi que vous trouviez des craquelures aux carres ou des avaries à la semelle si vous percutez les rails ou les boxes de votre park préféré.

Des éraflures mineures et autres rayures de la semelle se révéleront assez faciles à réparer. Les avaries de petite dimension seront comblées par un matériel qu’on appelle P-Tex, alors que les dommages constatés sur de plus grandes surfaces pourront exiger qu’on retire une partie de la semelle pour la remplacer par une section de matériel neuf. Vous arriverez bien à réparer les dommages de moindre dimension si vous disposez des bons outils. Un bâton de P-Tex, un briquet ou une torche au gaz et un racloir métallique vont suffiront. Les dommages plus sérieux vont préférablement être réalisés par un professionnel.

La réparation des carres est plus difficile. Lors de l’inspection des carres, recherchez des craquelures, rayures et autres déformations. La plupart des rayures et certains types de déformation peuvent être réparés. Si une section de carre a complètement été rompue, il se pourrait qu’elle soit irréparable et il sera alors temps de réfléchir aux choix de nouveaux skis.

Après avoir skié dans une diversité de conditions de neige au cours de la saison, les semelles requièrent habituellement des soins. Je les fais d'abord passer à la meule, à plat, pour enlever les rayures et pour les rendre bien uniformes. C'est là quelque chose que je fais faire par un technicien, parce que je ne dispose pas d'un appareil à la maison.

Simon Hitti

Auto-entretien

Les carres

Si vous avez une certaine expérience de l’entretien des carres, voici quelques interventions que vous pourrez faire vous-même. Souvenez-vous bien que, en ce qui concerne le métal des carres, une fois retiré, il est impossible d’en remettre quelque portion ! Alors il est préférable de bien maîtriser sa technique d’affûtage.

À toutes nos sorties ou presque, nous faisons usage d’une pierre de diamant manuelle pour mettre au point les carres. De cette manière, on évite que toute section de carre imparfaite ne donne une impression de broutage, tout en restaurant un affûtage optimal. L’objectif en est de corriger les imperfections mineures sans affecter les cotes de chanfrein, etc. Un guide d’angle et une pince pourront vous aider au cours de cette procédure. Après avoir retouché les carres à l’aide de votre outil, elles devraient être uniformes et tranchantes.

J'aime affûter les carres pour ensuite appliquer une couche de fart en pensant que, de cette façon, ils seront prêts dès la toute première neige de la prochaine saison.

Mael Olliver

Semelle

La semelle comporte deux caractéristiques principales : sa structure et son degré d’imprégnation de fart. La structure fait référence aux micro-rainures tracées sur la semelle par une meule à la pierre, ce qui contribue à améliorer la glisse. Le fart concourt aussi à la qualité de la glisse, mais n’y participe que sur une courte période. Vos skis devraient en général être fartés à un intervalle régulier de quelques jours pour assurer la meilleure glisse.

À peu près tout le monde peut réussir à bien farter ses skis. Prenez bien soin de compléter tout travail sur les carres avant de procéder au fartage, sans quoi votre lime sera rendue inopérante par l’accumulation de fart. Également, vous devrez réserver l’usage de votre fer à cette seule fonction, à moins que vous aimiez porter des vêtements enveloppés de cire !

Donc, si vous disposez de fart, d’un fer, d’un racloir de plastique et d’une brosse, à la maison, vous pourrez farter vous-mêmes vos skis !

1 – Brossez la semelle avec une brosse à skis pour retirer tout détritus et assurer l’ouverture de la structure. Votre professionnel local vous assistera dans le choix de la meilleure brosse.

2 – Faites couler du fart sur la semelle en le faisant fondre contre le fer, puis l’appliquer uniformément sur toute la longueur du ski en passant le fer à plat sur la semelle jusqu’à ce qu’elle soit complètement recouverte. Assurez-vous que le fer est réglé à la température requise pour le type de fart que vous appliquez (vous référer aux directives sur l’emballage). Pour éviter de « brûler » la semelle, glissez constamment le fer sur toute la longueur du ski.

3 – Si vous vous employez à préparer vos skis en vue de leur utilisation dès le lendemain, raclez la semelle à l’aide d’un racloir de plastique pour retirer l’excédent de fart. Une fois le fart complètement enlevé, brossez la semelle jusqu’à ce qu’elle soit uniforme et brillante.

Vous êtes alors prêt à foncer ! ;)

À l'aide d'un fer, j'applique du fart bien uniformément. Après que le fart ait refroidi, je mets les skis ensemble, semelle contre semelle, et les attache avec une courroie : ils sont prêts à traverser l'été. Une fois ainsi préparés, je les installe bien à la vue dans mon appart afin d'éviter, de part et d'autre, toute forme d'anxiété qui serait causée par notre séparation.

Martina Radekova

Remisage

Lorsque vous remisez vos skis entre deux utilisations, bien les essuyer à l’aide d’un linge propre et sec et les déposer dans un endroit sec. Ceci préviendra que ne se forme de la corrosion sur les carres ou tout autre partie métallique des fixations. La même consigne s’applique aussi bien au remisage temporaire en saison, comme en saison morte. Les skis devraient être remisés à l’abri de la lumière et de toute chaleur intense, dans un endroit sec.

Pour préparer vos skis pour l’été, il sera préférable de faire l’entretien des carres et de la semelle avant de les remiser. Suivez la procédure d’inspection et prenez note de ce qu’il est nécessaire de faire. Retouchez les carres selon le besoin, réparez la semelle et appliquez enfin une généreuse couche de fart en vous assurant que les carres sont bien recouvertes. Cela vous assurera que la semelle sera protégée de la saleté, de la poussière ou de tout autre débris, sans compter que ça protégera aussi les carres.

Je nettoie mes skis à l'aide d'un linge humide, puis je les les assèche bien. Je comble les avaries trouvées sur la semelle et je la brosse vigoureusement. J'y fais ensuite couler une généreuse portion de fart sur toute la longueur, de même que sur les carres, en me servant d'un fer bien chaud. Je n'enlève aucune part du fart, pour plutôt les placer ainsi dans un endroit sec et frais : mes skis sont alors à l'abri des affres de l'été !

Matej Kovačič

Fixations 

Quand vous faites l’acquisition d’une paire de skis, vous achetez généralement des fixations, qu’elles soient incluses dans le système skis-fixations ou non. Les fixations doivent être installées par un technicien agréé, du fait qu’il y a d’importants facteurs de sécurité à considérer. En premier lieu, les fixations devront être correctement ajustées en fonction de la semelle. Les chaussures portent toutes une marque, au point central, et on y inscrit aussi la longueur de la semelle (en mm). Les fixations seront donc ajustées aux chaussures selon ces paramètres. Ensuite, il conviendra de déterminer la valeur de déclenchement, suivant le réglage « DIN ». Ce réglage variera en fonction de la taille et du poids du skieur, de son âge, de même que de son niveau d’habileté, ainsi que de la longueur de la semelle.

Papa de course Dejan
La famille de Klemen Gričar
J'ai le bonheur de skier toute l'année, alors je ne prépare pas mes skis pour la saison morte ! Sans compter que je ne me sépare jamais de mes skis de rando !

Anja Kalan

Conclusion

Nous espérons que vous avez apprécié ces quelques conseils. Pour nous, l’entretien des skis demeure une excellente manière de rester en contact avec le matériel et le ski. Le processus d’entretien constitue aussi une sorte de rituel qui nous permet de nous préparer au mieux pour la prochaine sortie sur la neige ou alors une thérapie au moment de se détendre au terme d’une formidable journée à la montagne. Il est aussi très gratifiant de réussir à tracer des courbes parfaites sur des skis qu’on a soi-même préparés pour ce faire. Chez Elan, nous ne faisons pas que fabriquer les meilleurs skis au monde, nous sommes des passionnés de ski qui apprécient l’odeur du fart, les carres fraîchement affûtées et les bons moments qui en résultent !

Quand vient le temps de remiser mes skis pour l'été, j'aime leur faire prendre un bon bain et les essuyer avec délicatesse, les envelopper dans une belle couche de fart, leur lire un conte au moment de les mettre au repos pour m'assurer qu'ils feront de beaux rêves. L'étape la plus importante, c'est de les prendre dans mes bras et de leur faire la bise. Comme on sera séparés quelque temps, il faut qu'ils sachent que je les aime tendrement.

Sarah Petelinsek